Le pollen frais, la nouvelle « feel good » therapie ?

ELLE.fr : C’est quoi le pollen frais ?

Pr. Roch Domerego : Le pollen est fabriqué par les abeilles pour nourrir les jeunes abeilles. Aliment hyper concentré en nutriments indispensables à notre organisme (fer, vitamines, oligo-éléments, minéraux…), il possède également une haute teneur en protéines. En effet, il y a autant de protéines dans 100 grammes de pollen que dans une ration de 100 grammes de viande ! Une des raisons de son succès auprès des végétariens. Mais pas seulement.

ELLE.fr : Quels sont les autres bienfaits du pollen frais ?

Pr. Roch Domerego : Si le pollen est riche en protéines, il est aussi concentré en fer, en vitamines, en oligo-éléments et en minéraux. Aliment complet et puissant remède naturel qui, intégré à une alimentation saine et équilibrée, permet de palier à d’éventuelles carences nutritionnelles de l’organisme. Complexe hyper oxydant, il permet au corps de retrouver sa dynamique homéostasie (c’est-à-dire la capacité du corps à se reconstruire dans le chaos), en améliorant la digestion, stimulant le système immunitaire, boostant la vitalité, et avec des effets anti-âge !

ELLE.fr : Pourquoi le qualifier d’allié santé ?

Pr. Roch Domerego : Dans une société, rythmée par le stress plus ou moins oxydatif du quotidien, où les aliments sont souvent sur- cuits, où l’alimentation industrielle est chargée en toxines… le citadin a besoin de beaucoup plus d’antioxydants, qu’une personne qui vit à la campagne, pour compenser la perte des anti-oxydants. Il est donc important de miser sur une alimentation riche en fruits et légumes, avec un indice ORAC *le plus élevé possible (Oxygen radical absorbance capacity) c’est-à-dire riches en antioxydants afin de détruire les radicaux libres et prévenir les maladies cardio-vasculaires, cancers, diabètes.
Et pour contrer la dégradation des antioxydants dans le corps, on peut facilement complémenter son alimentation avec du pollen frais dont l’indice ORAC est très élevé. Il contient huit fois plus d’antioxydants, au 100 grammes (6 cuillères à soupe) que dans 100 grammes de kiwi !

ELLE.fr : Comment intégrer à sa routine le pollen frais ? En cure ou au quotidien ?

Pr. Roch Domerego : Avec 50 grammes de pollen par jour, on couvre ses besoins journaliers en antioxydants. Facile de l’intégrer à son alimentation en le saupoudrant dans des jus de fruits, des jus de légumes, des yaourts, des laits de céréales, ou simplement sur une salade ou une soupe. Le mieux, le saupoudrer dans un bol, à l’heure du petit-déjeuner (le meilleur moment pour en profiter) ou du dîner. On peut aussi, sans contre-indication ni risque d’overdose, en prendre toute l’année. Bien vu aussi de prévoir deux cures par an, au moment des changements de saison, pendant un mois et demi.

ELLE.fr : Faut-il le laisser fondre pour profiter de ses bienfaits ?

Pr. Roch Domerego : C’est une fausse idée. Le pollen est tout à fait bien assimilé par l’organisme lorsqu’il est ingéré tel quel. Pas besoin de le laisser fondre pour profiter de ses bienfaits. Enfin, si le pollen frais est plus cher à l’achat, il est aussi mieux chargé en bonnes bactéries que le pollen séché, et se conserve facilement au congélateur, sans aucune dégradation.

ELLE.fr : Qui peut prendre du pollen frais ? Y a-t-il des contre-indications pour les allergiques au pollen ?

Pr. Roch Domerego : Il n’y a pas aucune contre-indication à consommer du pollen : enfants, femmes, hommes, marathoniens. Tous peuvent en consommer mais évidemment, pas tous, la même dose. Un grand sportif par exemple qui suivra un régime hyper protéiné végétarien pourra prendre jusqu’à 100 à 120 grammes de pollen contre 20 grammes de pollen par jour pour un enfant. Enfin, il n’y a aucun lien entre les allergiques au pollen véhiculé par le vent (hyper allergisant) et le pollen récolté par les abeilles (hypo allergisant). Au contraire, consommer régulièrement et progressivement du pollen frais, aurait un effet de désensibilisation !

 

Retrouvez l’article sur  ELLE.FR